L'église de la Chapelle saint-André

L'église de la Chapelle Saint-André est relativement récente, rebâtie sur d'anciennes églises aujourd'hui disparues. Les  parties les plus anciennes datent du XVIème siècle. En 1160 une église existait déjà. La paroisse de la Chapelle Saint-André a été créée en 1240.

Le clocher et le choeur datent de 1769.

En 1864, l'église en ruine fut reconstruite en style gothique ogival flamboyant du XIIIème siècle à l'initiative du conseil municipal. La commune prit un emprunt pour couvrir les frais.

A l’origine, il n’y avait qu’une nef mais compte tenu de l’augmentation de la population, il en fut construit deux autres parties latérales.

Deux cloches se situent dans le clocher :

- La plus grosse cloche fut posée le 20 janvier 1822.. Elle pèse 439 kilogrammes.

- Une deuxième cloche a été adjointe, et en 1890 une cérémonie de baptême des deux cloches s’est tenue. Les parrain (Monsieur Rapeau)  et marraine (Madame Goby) ont ainsi donné un nom à ces deux cloches : l’une se nomme "Le Jules Marie "et l’autre "Le Remond Louise".

La grille séparant le choeur de la nef, donnée par les maîtres de forges, a été faite à la main par les ouvriers de Corbelin au XVIIIème siècle.

Les maîtres de forges avaient une place privilégiée dans le choeur (à gauche) leurs ouvriers étant à droite.

La chaire date de 1875 et a été réalisée par monsieur Ragueneau sculpteur à Donzy.

Les vitraux sont de 1885 et sont dus à l'artiste  Claudius Lavergne de Paris.

La grande baie représente le Sacré-Coeur, Saint-André et Saint-Pierre.

L'horloge fut posée  en 1911 par Monsieur Millot horloger à Varzy.

Les peintures sur mortier de la nef représentant l’assomption ont été réalisées par monsieur Léon Sabatier, peintre paysagiste varois , habitant de Buzy qui les réalise lors de séjours qu’il effectue en 1920 et 1923.

Le bénitier témoigne de l’art des maîtres fondeurs de Corbelin. trois larges bandes circulaires  surmontées d’une épaisse bordure en saillie  soulignent le corps principal  du bassin en forme de mortier. Le socle porte la date de 1743.
 
Devant l’église, une fontaine est adossée au mur gauche. Elle provient de la source du Vernet. Un tuyau jaillit de la gueule d’un lion représenté sur un médaillon en bronze.
 
Au dessus , une plaque insolite en fonte interdit «la mendicité sur le territoire de la Nièvre».

Les pigeons ont élus domicile dans le clocher et génèrent une forte dégradation. Une solution devra être trouvée rapidement pour les éloigner de l’église.

Les bénévoles de notre association s'occupent de l'entretien de l'église de  notre commune. Ci-après quelques photos de cette église au charme discret.
eglise01
eglise03
eglise02
eglise04
eglise05
eglise06